Management de Crise

Management de Crise

Management de Crise 1260 840 jeremy

Bon, on est tous impactés, les fainéants, les productifs, alcooliques, sportifs, femmes, salariés, dirigeants … Sont dans la merde !!

Cette crise touche tout le monde et à l’instar de la recommandation de notre meilleur politique ne comptez que sur vous pour vous sortir … Maintenant nous pouvons Tous Agir, et nous entrepreneur, avons un rôle essentiel.

Cette crise nous révèle et révèle vos salariés, il y a …

  • Ceux qui exerce immédiatement un droit de retrait ;
  • Ceux qui étaient en proie à l’anxiété et sont submergées par la panique ;
  • Ceux qui souffraient du stress de la to-do-list et ont l’impression que leur to-do-list va les engloutir ;
  • Ceux qui vous taxe de capitaliste pour essayer de ne pas rajouter des problématiques sociales aux difficultés sanitaires ;
  • Ceux qui vous réclame le chômage partiel ;

Mais nous avons tous le choix :

  • soit de nous laisser totalement submerger par l’anxiété, le stress, la peur — qui étaient déjà là, à plus petite dose, et que nous n’avions jamais appris à appréhender ;
  • soit d’apprendre à déjouer les mécanismes intérieurs qui nous font perdre les pédales quand quelque chose ne se déroule pas comme prévu ;
  • soit d’expliquer une situation personnelle rendant notre activité improductive ;
  • soit d’indiquer un risque de santé particulier de nous ou de nos proches ;

Mais soyons honnêtes : oui, cette crise est un sacré imprévu, qui vient chambouler toutes nos certitudes. Notre vie est remplie d’imprévus et notre réaction face à cette crise du Covid 19 n’est-elle pas simplement la manifestation de notre capacité à rester calme et confiant, face aux imprévus de la vie ?

Managers, dirigeants, 9 conseils pour vous aider à gérer la situation;

1 – Recherchez les opportunités.

Comment l’entreprise – et ses équipes – peut-elle progresser grâce à cette situation ? Quelle démarche le dirigeant doit-il avoir ?

Ces questions sont importantes à plusieurs titres …

  • la meilleure manière de sortir de la crise est d’avoir un objectif et de se tracer un plan de bataille pour y parvenir ;
  • l’avenir se joue au travers des choix que nous faisons, des attitudes que nous avons. La sortie de crise dépend plus de notre travail que de décisions externes à notre environnement.

Lorsque l’entreprise traverse une crise, le rôle du dirigeant est d’analyser la situation, d’étudier les possibilités qui s’offrent à l’entreprise, de fixer les objectifs à atteindre et les étapes pour y parvenir.

Tracez une route lisible et réaliste, fédérez avec un objectif co-construit avec votre équipe. Vous voulez de bon fruits ? Montrez que l’arbre est solide.

2 – Communiquez, informez et rassurez !

Une équipe sous tension à besoin d’une amélioration quantitative et qualitative du management pour se sentir rassurée et impliquée dans l’action. Pour tout dirigeants , la communication doit avoir des objectifs multiples :

  • recentrer le débat à chaque fois que cela est nécessaire et possible ;
  • éviter les incompréhensions et les confusions, dues aux non-dits ou au manque de précision dans la communication,
    inciter à prendre du recul et baser la communication sur des faits concrets et non sur des rumeurs ;
  • poser les problèmes, écouter les avis des parties en présence afin de dépassionner les débats ;
  • s’assurer que l’ensemble de l’équipe travaille de concert pour atteindre des objectifs communs de sortie de crise ;
  • capitaliser sur les premières réussites pour motiver les équipes et leur montrer que le succès est possible ;

3 – Appuyez-vous sur vos les valeurs.

C’est pour l’occasion de fédérer l’ensemble du personnel autour d’un projet de sortie de crise qui promouvra les valeurs de l’entreprise.

C’est dans l’adversité qu’un dirigeant montre ce qu’il vaut, et c’est pour tous les salariés le moment de montrer qui ils sont vraiment et ce qu’ils ont dans le ventre.

4 – Parler vrai

Lors d’une crise, les avis sont plus tranchés, les débats plus passionnés et les caractères plus susceptibles qu’en temps normal. Il est capital que la direction ait un parler vrai. On sait tous que tout ne peut être dit, là n’est pas la question, ce qui est important c’est que ce qui sera dit soit vrai et motive les équipes à continuer.

Comment définir le parler vrai ? La direction de l’entreprise doit s’exprimer de manière claire et compréhensive, même si la transparence de la direction doit être relative. Cela signifie que certaines informations, qui ne vont pas à l’encontre de l’intérêt des employés, peuvent être communiquées de manière décalée ou simplifiée pour le bien de l’entreprise.

Lors des discussions, la direction doit être attentive

  • à diriger en s’appuyant sur les éléments factuels reconnus et acceptés de tous ou tout du moins d’une large majorité ;
  • à s’exprimer avec modestie et honnêteté. Reconnaître qu’on ne sait pas tout et qu’on partage une certaine inquiétude, renforcera le message de conviction et d’espoir qui suit. En reconnaissant la difficulté, la direction fait preuve de courage, de respect et de partage des préoccupations de tous. Cela donne du poids et encourage à la solidarité ;
  • à toujours mettre le discours dans la perspective des objectifs à atteindre. Les salariés doivent sentir que tout va dans une direction clairement définie et que tout est fait pour atteindre les objectifs fixés ;
  • à avoir un discours clair, épuré d’éléments perturbateurs et/ou polémiques ;

5 – Soyez sur le terrain, en première ligne.

Dans la difficulté, le dirigeant est le leader, il se retrousse les manches … et va au charbon ! C’est en assumant sa place et son rôle qu’il obtiendra l’adhésion de son équipe, élément souvent indispensable pour sortir de la crise.

6 – Soignez et renforcez vos relations.

Le facteur humain est l’élément capital de toute entreprise. En management, la relation humaine prime sur les objectifs à atteindre, et c’est souvent grâce à l’implication des personnes que les objectifs sont atteints sans que les toutes conditions de réussite ne soient forcements présentes.

Les entreprises les plus performantes du monde obtiennent des résultats exceptionnels en faisant passer l’humain et la relation avant l’activité et les résultats …

7 – Mettez en place des réunions de crise.

Ces réunions sont des moments d’échange, de dialogue et de management, et jouent un rôle dans la communication que la direction ou le manager peut avoir avec les employés.

Elles permettent à la direction de prendre connaissance des avis du personnel et de montrer l’importance qu’elle y porte. En favorisant l’expression des difficultés et des craintes, elles permettent d’éviter une crispation.

Elles donnent l’occasion de recentrer le débat sur les points importants.

Réunissez votre équipe, pour discuter des sujets d’actualité. Lorsque cela est possible, parlez des solutions envisagées. De toute façon, ces discussions auront lieu avec ou sans vous ! Alors autant que vous puissiez les canaliser et éviter les dérives.

Pour manager efficacement, pensez à faire des entretiens individuels, ils permettent de recueillir les humeurs, répondre aux questions … et recentrer le débat sur les points importants !

8 – Avancez par étape et capitalisez sur les réussites acquises !

Une fois la route à suivre tracée, il faut :

  • se remettre au travail ;
  • avoir des objectifs à la semaine ;
  • capitaliser les petites victoires qui ne manqueront pas d’arriver ;

C’est aussi, l’occasion d’une remise à niveau des objectifs individuelsrésultat, comportement et attitude – dans le but d’améliorer la rentabilité, l’innovation, ou le développement de l’entreprise.

9 – Préservez-vous !

Certaines personnes disent que le stress peut être bénéfique pour un dirigeant. Il stimule, aide à innover … Si cela peut être vrai sur le court terme, c’est rarement le cas sur le moyen et long terme !

Il faut, bien au contraire, travailler sur soi pour être capable d’analyser, de prendre du recul et d’agir efficacement.

Attention à la surchauffe … et protégez vos proches de vos actions, et n’hésitez pas à vous faire accompagner par vos conseils habituels, ou de nouveaux.

Et n’oubliez pas, à la télé ils disent tous les jours …

Y a trois millions de personnes qui veulent du travail. C’est pas vrai : de l’argent leur suffirait. Coluche.